Comic Con de Bruxelles : Q&R avec Kevin Eastman

Deuxième article des trois que nous avons prévu autour du Comic Con de Bruxelles et de la venue du Papa des Tortues Ninja, le grand Kevin Eastman.

comic-con-bruxelles-kevin-eastman-tortues-ninja-turtles-tmnt_1Le questions-réponses était l’un des trois grands moments forts de la venue d’Eastman à Bruxelles. Attendu pour 11h sur la scène qui avait été érigée à l’occasion des diverses activités du festival de la pop culture, il arriva avec une bonne dizaine de minutes d’avance. Le Comic Con venait d’ouvrir ses portes et à mon grand bonheur, la foule était encore en train de découvrir les nombreuses allées du salon. Arrivant accompagné de sa femme Courtney, nous n’étions que quelques fans l’attendant. J’en ai donc profité pour aller lui parler et lui demander s’il serait d’accord pour m’accorder quelques minutes pour une interview destinée au Tortuepédia et Tortues Ninja France. « J’aurai un battement après le photoshoot, vers 15h30, si vous voulez nous pourrons la faire à ce moment » qu’il me répondit. Il n’en fallait pas plus pour que je sois aux anges.
Avant de monter sur scène rejoindre l’animateur du spectacle, il discutait avec les organisateurs et la représentante de Nickelodeon sur le salon. Il prenait des photos avec quelques fans accompagné de deux personnes déguisées en Raphael et Donatello. Lorsqu’il fut appelé, la foule qui s’était amassée, attirée par l’invitation de l’animateur, l’acclamait. Les deux hommes se prêtèrent alors à un petit questions-réponses, ou plutôt une conversation autour des Tortues Ninja mais également du travail de Kevin Eastman.
Étant réalisée en anglais pour la compréhension de tout le public réunis à Bruxelles, cette interview comporte des lacunes car certaines parties de notre enregistrement sont inaudibles, mais également à cause de quelques répétition et le présentateur qui coupait fréquemment Kevin Eastman lors de son temps de parole (je lui en veux, Eastman abordait une partie très intéressante des coulisses du premier film… haha).



comic-con-bruxelles-kevin-eastman-tortues-ninja-turtles-tmnt_4Comic Con Bruxelles : D’où vous est venue cette idée ? Je veux dire, « Teenage Mutant Ninja Turtles »

Kevin Eastman : Je n’arrive toujours pas à croire que ça fait 34 ans, enfin 33 ans que nous avons créé les Ninja Turtles et tout ce qui en a découlé, des dessin-animé, des films et tout ça c’est grâce à vous les gars [le public]. À la base c’était une blague. J’ai grandi avec les comics books et Bruce Lee particulièrement et je me suis demandé si Bruce Lee devait être un animal, quel animal Bruce Lee serait-il ? Des gestes rapides en arts martiaux opposés aux mouvements lents d’une tortue et je me suis dit que ça ferait peut-être rire. Et un jour dans notre studio, on dessinait encore et encore ensemble [avec Peter Laird] pour trouver une histoire. Nous avions essuyés plusieurs échecs [la première version de Fugitoid] et je me suis mis à dessiner une tortue […]. Puis nous avons décidé d’en faire une bande-dessinée nous-même et voir ce que ça donnerait.

CCB : Vous avez dit que vous aviez été en partie inspiré par Bruce Lee. Je suis un grand amateur de comics books. Je ne peux donc m’empêcher de vous demander la chose suivante. Dans le comic de Frank Miller Daredevil, ses ennemis sont les Hand [la main], il est entraîné par un homme nommé Stick et nous avons chez vous Splinter et les Foot. Vous avez été inspiré par cela ?

KE : Oui. Nous n’avons jamais caché que nous nous étions inspirés de ce comic book. Nous avons repris des détails de nos comic books favoris comme Cerebus l’Aardvark qui est l’un de mes préférés. Dave Sim a fait ce petit Aardvark en se basant sur un barbare. Nous avons été inspirés des personnages animaux de Dave Sim. Jack Kirby a été ma plus grande influence pendant des années. Mais vous avez raison, il est mon personnage préféré [Daredevil] lorsque Frank Miller est arrivé. […] Lorsque j’ai lu son numéro 158 je me suis dit « hé ce mec est plutôt bon ! ». Si vous regarder les origines des tortues, cela commence avec ce camion transportant des déchets qui perd un bocal dans les rues de la ville et qui frappe un homme au visage. Dans les origines de Daredevil le camion perd son chargement et touche l’homme aux yeux. Dans les origines des tortues, le bocal continue son voyage dans les rues. Dans le Daredevil de Frank Miller il y a les Hand, nous avons les Foot. Stick était le mentor de Dardevil, ce qui a donné Splinter.

album-lorigine-glenat-france-1991-tortues-ninja-turtles-tmntCCB : Au début les tortues avaient toutes la même couleur de masque. Puis ça a changé. Qui a décidé de cela ? Cela vient du dessin-animé, ou c’est vous qui l’avez décidé ?

KE : Le comic original était en noir et blanc. La seule manière de les différencier était avec leurs armes. Lorsque nous avons mis les premières couleurs au comic nous les avons peints en rouge […]. Quand nous avons commencé à travailler sur la série animée, les figurines qui étaient développées à part posaient question. Les armes ne suffisaient pas et il faudrait trouver quelque chose qui puisse les différencier un petit peu mieux. Peter a proposé de donner différentes couleurs aux bandanas ce qui aiderait à vendre plus de jouets.
C’était différent du comic book dont l’histoire était faite par nous et qui était plus sombre, pour un public plus âgé. En travaillant pour un dessin-animé nous savions qu’il y aurait des changements sur l’histoire originale. Je pense que nous avons été chanceux car nous avons créé les tortues et avions les droits des tortues. Ce qui a été fait pour les tortues pendant les 20 premières années nous le contrôlions, que ce soit pour le dessin-animé, les films. Le premier film était le meilleur film des Tortues Ninja. Rien à voir avec les films d’aujourd’hui.

comic-con-bruxelles-kevin-eastman-tortues-ninja-turtles-tmnt_2CCB : J’ai lu le tout premier numéro quand j’avais je crois 11 ans. Ma mère l’a jeté… « C’était le p****n de premier numéro, qu’as-tu fait ? ». Je l’ai perdu pour toujours. C’était vraiment cool. Mais ce qui m’a interpellé c’est que c’était vraiment très violent, sombre. La deuxième fois que j’ai entendu quelque chose sur les Tortues Ninja, je ne connaissais que ce premier numéro, cette histoire unique parlant d’une vengeance sur Shredder et des origines, c’était quand j’ai été aux États-Unis quand j’avais 15 ans. Il y avait ces jouets, la série animée. Et je me suis dit « comment ont-ils pu faire un dessin-animé avec ce comic ? Ça aurait dû effrayer à mort les enfants ». Comment avez-vous fait les gars pour passer d’une histoire sombre à ça ? Ils vous l’ont proposé, ou vous l’avez fait de vous-même, ou on vous a proposé de développer une histoire plus cool pour qu’elle soit plus accessible ?

KE : C’est une bonne question. À cette époque nous vendions beaucoup [d’exemplaires] du comic book, ce qui est de votre faute, merci [s’adressant au public]. Je pense que nous avons fait un super dessin-animé et de supers jouets pour les enfants. Quand nous avons commencé à travailler sur le dessin-animé, pour toucher une meilleure audience nous avons dû changer des choses comme les ninjas Foot qui deviennent des ninjas robotiques pour utiliser les armes des tortues. […] Les tortues en Europe ont dû avoir quelques changements, car le mot « ninja » était interdit en Grande-Bretagne. Elles sont devenues les Teenage Mutant Hero Turtles […]. Les gens qui regardaient la série animée achetaient des jouets et le succès ne cessait de se construire à notre surprise jusqu’à nous permettre de faire un film, ce que nous pensions impossible. Kevin Eastman Peter Laird Leonardo 1989 Film Tortues Ninja TMNT 1990Dessiner un comic book est une chose, amener des personnages à la vie, des jouets, des versions 3D du dessin-animé puis un film en live action avec une incroyable technologie grâce à Jim Henson. Il était le grand responsable pour avoir amené ces personnages à la vie. Des grosses technologies ont été créées pour faire bouger la bouche des tortues, faire fonctionner les mains et les doigts. Il y avait tellement de matériel électronique pour les faire fonctionner caché dans les carapaces. Les combinaisons en caoutchouc que portaient les acteurs pesaient 80 livres (env. 36 kg). Donc ces gars portaient des combinaisons de 80 livres quand ils faisaient des sauts périlleux arrière, donnaient des coups de pied. Il y avait des petits trous dans le masque pour leur permettre de voir. Le directeur Steve Barron était réputé pour avoir fait des clips vidéo comme Billie Jean de Michael Jackson ou encore Monney for Nothing de Dire Straits et tellement d’autres clips. Ce type les a amenés à la vie. Quand on l’a rencontré en tant que producteur, il nous a dit « j’adore les comics books en noir et blanc, je veux faire une version « entre », qui ait le sérieux du comic book et qui soit fun comme le dessin-animé ». Et nous avons commencé à parler de la Grande-Bretagne et des Hero Turtles. Ils ne voulaient pas les nunchuks. Toutes les scènes où Michaelangelo utilise ses nunchucks sont coupées du film. La scène où Michaelangelo commande des pizzas était dans le script et fait tournoyer ses nunchucks posait problème par exemple.

Casey Jones Raphael Comics Mirage 1984CCB : on a déjà parlé des origines des tortues, mais pas de Casey Jones, le gars qui porte un masque de hockey et qui est une sorte de justicier. D’où sort ce type ?

KE : C’est un de mes personnages préférés. Dans le second numéro il y a April qui entre dans la famille des tortues, le personnage d’une sœur. J’avais cette idée d’une histoire uniquement avec Raphael car jusqu’ici nous n’avions que des histoires avec les quatre tortues réunies. La tortue serait seule permettant de développer sa personnalité. Raphael est un peu fou, le personnage incontrôlable et je voulais qu’il rencontre quelqu’un qui était un peu comme lui, comme s’il regardait dans un miroir. Pour moi, les super-héros et les justiciers dans les comics ont toujours des origines horribles. Ils ont perdus leur famille, leur ville, n’importe quoi. Je voulais que ce personnage devienne un justicier par ce qu’il avait trop regardé de mauvais programmes à la télévision. Dans le premier comic Casey apparait, on le voit regarder trois postes de télévision en même temps et il a ce masque de hockey. Lorsque nous avons fait Me, my self and I nous étions en 1985 et en 1986 sortait mon film préféré, Jack Burton dans les griffes du Mandarin. A chaque fois que je regarde ce film, je vois en Jack Burton ce qu’est Casey Jones. C’est une coïncidence parfaite. Il n’a pas de superpouvoirs. Il est physiquement bien entraîné, mène des investigations, il est un peu comme Batman. Les personnages sans pouvoirs sont mes préférés car ils sont incroyables.

comic-con-bruxelles-kevin-eastman-tortues-ninja-turtles-tmnt_3CCB : Que pensez-vous des nouveaux films ?

KE : Je suis vraiment obligé de répondre à ça ? [Tout le monde rigole]. Sincèrement, je pense que ma période préférée était lorsque le premier film a été lancé et qu’il essayait de faire les choses de manière juste. Vous savez, des fois Hollywood essaie de réparer ce qui n’est pas cassé. De faire des tortues de 6 pieds de hauteur (env. 180 cm), plus fortes… […]. Le second film qui est sorti était plus divertissant, on avait Bebop et Rocksteady. Ils ont essayé de garder des choses des personnages, d’autres ont changées…

Couverture 2 Kevin Eastman Batman TMNT #6 IDW DC Comics Tortues Ninja TurtlesLe temps imparti touchant à sa fin, il répondit encore à quelques questions des fans très pertinentes. La première était sur l’origine de son style de dessin, qu’il construisit en se basant sur son idole Jack Kirby mais qu’il considère comme étant en constante évolution. La seconde portait sur le crossover qu’il rêverait de voir avec les tortues et la réponse était sans surprise : Daredevil ! Est-ce que ça se fera un jour ? Pourquoi pas, nous avons bien eu celui avec Batman, sur lequel il est revenu disant qu’il ne réalisait toujours pas que ses tortues avaient rencontré le Dark Knight, l’un des héros de son enfance. Il a adoré dessiner des couvertures, pour lesquelles il s’est appliqué comme jamais sur chaque détail.

Voilà pour ce deuxième article. Le troisième et dernier, notre interview exclusive avec Kevin Eastman paraîtra ce week-end. Un rendez-vous à ne pas manquer !!

Cowabunga et vive les Tortues Ninja !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s