Batman / TMNT II #4 : A knight in New York, part. 4 (Crossover DC Comics / IDW Publishing)

Batman / TMNT II
#2
Batman / TMNT II
#3
Batman / TMNT II
#4
Batman / TMNT II
#5
Batman / TMNT II
#6
Numéro précédent Page principale Numéro suivant
Scénario : James Tynion IV
Dessin : Freddie E. Williams II
Couleur : Jeremy Colwell
Lettrage : Tom Napolitano
Éditeurs : David Piña et Jim Chadwick


Éditeurs
DC Comics / IDW Publishing (VO)
Urban Comics (VF)

Pages : 32
Prix : $3,99

Ventes physiques : 32 128 exemplaires.

Couvertures
Freddie E. Williams II
Kevin Eastman

Première édition
21 février 2018 (VO)
5 octobre 2018 (VF)

Réimpression
Batman / TMNT II Hard Cover (15 août 2018)

Dans les égouts, April et Casey peaufinaient les réglages satellites et du portail interdimensionnels. Tout semblait enfin bon. Mais le justicier au masque de hockey était plutôt préoccupé ; cela faisait des heures qu’il n’avait plus de nouvelles des tortues. C’était mauvais signe. Si la jeune femme se voulait rassurante, son ami n’avait pas tort de s’inquiéter… Les tortues, Splinter, Batman et Robin étaient encerclés par leurs ennemis. Bane réitérait sa proposition, voulant voir ses ennemis se plier à ses ordres. Bebop et Rockteady savouraient le gout de l’invincibilité. Le phacochère, si arrogant, s’approcha même de Robin pour se moquer du jeune garçon, sans voir qu’il avait posé un petit explosif sur sa main. La détonation détruisit le câble nourrissant ses veines du Venom. Batman avait un plan et ordonna d’attaquer à un instant précis.
La mêlée qui s’engageait était l’opportunité pour Bane d’observer ses adversaires. Raphael retenait toute son attention, vif et courageux. Donatello n’en menait pas large face aux Foot d’élite, contre qui il avait déjà bien du mal de luter lorsqu’ils étaient encore normaux. Batman et Robin essayaient de retenir les deux mutants, aussi stupides que forts, dans des cordages, mais rien n’y faisait. Jamais ils n’avaient vus pareil résultat avec le fluide de leur dimension. Bane se dirigea vers Raphael, qui avait déjà mis un certain nombre de ninjas Foot à terre. La tortue ne se laissa pas impressionner et lui flanqua plusieurs coups, jusqu’à lui trancher la peau de ses saïs. Le colosse le balaya d’un revers de la main droite. La tortue valsa dans la pièce avant de terminer sa course contre une structure métallique. Bane ramassa son adversaire et le brandit au-dessus de sa tête, s’apprêtait à le briser en deux sur son genou. Batman, sachant très bien ce qu’il s’apprêtait à faire resta pétrifié, mais Splinter ne perdit pas de temps et se jeta sur leur adversaire pour sauver son fils. Envoyant la montagne de muscles au sol, il se précipita au chevet de son fils, encore vivant. Raphael reprit très vite ses esprits voyant Bane saisir la queue de son père et le frapper contre le mobilier de la pièce avant détruire un pilier. Splinter suppliait ses fils de s’enfuir, voyant la structure s’effondrer sur son corps meurtri. Les tortues se jetèrent dans l’amas pour l’en délivrer. Robin aussi voulait le sauver. Mais Bane fit voler les débris pour poursuivre son massacre. Baxter lui demandait d’abandonner pour le moment pour sauver ce qu’il restait du Venom, le plus important pour le moment. Leur tournant le dos, il laissa ainsi le temps à Donatello de retrouver le vieux rat. Il respirait encore doucement.

Tous rentrèrent au repaire dans les égouts, abattus. Splinter était allongé dans le salon, c’était April qui lui prodiguait les soins. Le rat était plongé dans le coma. Elle ferait tout ce qui est en son pouvoir pour le sauver, mais sa situation demeurait critique. Robin se sentait coupable, de par son arrogance. Raphael le rassurait, il n’avait été lui-même guère plus malin face à Bane. Même Batman se montrait sceptique quant à l’issue de ce combat. Ils avaient déjà vaincus le colosse par le passé, mais pas accompagné d’une telle armée, et avec un Venom plus efficace que jamais. Michelangelo proposait que pour une fois, ils agissent tous avec intelligence, comme Donatello, pour s’en sortir. Mais comment ? Pour Donatello c’était peine perdu. Splinter avait été vaincu car il se croyait plus intelligent que Bane. Qui d’autre pourrait prétendre réfléchir de la sorte ? Batman ? Ou lui-même ? Ils devaient le combattre différemment. La tortue sortit de son sac un étrange tube, qu’il avait subtilisé dans le laboratoire de Stockman : il s’agissait du Venom. Leonardo n’envisageait pas cette option. Ils deviendraient de stupides brutes incontrôlables. Mais Raphael était avec lui. Ils ne pourraient affronter le colosse que d’égal à égal, avec ses propres outils. Pour Batman, il était tout simplement hors de question de se laisser aller à de telles manières. L’esprit de la tortue serait totalement détruit par le poison, à en devenir fou. Donatello ne voulait rien entendre. Il tenait à régler cette affaire de lui-même et par n’importe quel moyen.

Karai s’était repliée avec ce qui lui restait de ninjas Foot fidèles dans un appartement abandonné de New York. Elle voulait la tête de Bane. Le colosse donnait prochainement rendez-vous à la pègre de la ville. Soit ils se soumettaient, soit ils mourraient. Elle voulait savoir où se trouvait son nouveau quartier général. Ses ninjas le savaient, mais restaient muets. L’un d’eux parla sous l’insistance de la femme. Bane voulait que toute la ville sache justement où il se trouvait. Le visage de la Statue de la liberté arborait une cagoule identique à celle de la brute épaisse…

La nuit venue, le cerveau de Leonardo bouillonnait. Il avait beau regarder les cartes de tous les réseaux de transport de la ville, rien n’y faisait, il ne savait pas par où commencer à chercher leur ennemi. Batman essayait de le rassurer, lui disant qu’il avait déjà fait bien plus avec moins d’éléments à sa disposition. Ils parviendraient à trouver sa faille le moment venu.
La discussion des deux stratèges avait masqué le départ de Donatello, qui sur la pointe des pieds, sortait du repaire, un sac à son dos. Arrivé à la surface, il en sortit le tube pour s’injecter le Venom dans les veines. Dans un cri de douleur, il se transforma…


Personnages

  • April O’Neil
  • Bruce Wayne / Batman
  • Casey Jones
  • Damian Wayne / Robin
  • Donatello
  • Leonardo
  • Michelangelo
  • Raphael
  • Splinter

Foot Clan

  • Bane
  • Baxter Stockman
  • Bebop
  • Karai
  • Ninja Foot
  • Ninja Foot d’élite
  • Rocksteady

Autour du numéro

  • Il est possible de voir le Party Wagon, inspiré de celui du dessin-animé de 1987, derrière Casey Jones en première page.
  • La scène où Bane brise la colonne vertébrale de Batman dans le film The dark knight rises (2012) est peut-être l’une des plus mémorables de la trilogie de Christopher Nolan. Elle faisait directement écho au Batman #497, sorti dans les années 90’. Toutefois, en 2012, sorti Batman – The Dark Knight #6, qui vit une fois encore le colosse brise le chevalier noir en deux.
    Une référence à cela est faite dans ce numéro, lorsque Bane brandit Raphael et s’apprête à lui briser la carapace sur son genou.

Couvertures

Galerie

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.