Sur la route du succès (1984-1986)

⇐ Vers l’article précédent
Par où tout a commencé (1983-1984)

Dans l’engouement de ce succès inattendu, Laird et Eastman travaillaient d’arrache-pied sur le second numéro du comics des Tortues Ninja, qui paraîtrait finalement en octobre 1984, soit à peine cinq mois après la sortie du tout premier numéro. Dans un petit article rédigé par Peter Laird au début de la première édition de ce second numéro, l’auteur fait part à ses lecteurs de sa surprise quant au succès de son comics. Cette seconde impression est tirée à 6000 exemplaires pour tenter de satisfaire une demande incessante. La troisième impression serait réalisée quant à elle en janvier 19851.

Les premiers produits dérivés

Motifs Iron T-shirt 1984

Source: TMNT #2 (octobre 1984), première édition

Très (trop) souvent, l’idée reçue veut que les premiers produits dérivés vendus sur le thème des Teenage Mutant Ninja Turtles soient les figurines du dessin-animé de 1987, ou les figurines en plomb de chez Dark Horse. En réalité, Laird et Eastman ont commencé par réaliser leurs propres produits, des T-shirt noirs avec des motifs des tortues métallisées dessus. Peter Laird raconte « Kevin et moi avons réalisé les premiers produits dérivés – en dehors des comics des Tortues – nous-même. C’étaient les iron-on T-shirt. Dans la seconde édition du tout premier numéro, il me semble que nous en avions fait la publicité. Ils avaient l’air biens, même si ce n’était pas la meilleure qualité au monde. Ils étaient aussi soignés que nous pouvions les réaliser, à tirage limité et dès que nous avions des commandes, nous partions chez l’imprimeur à Portsmouth, dans le New Hampshire, et nous lui disions « oh, tu pourrais nous en faire trente de ceux-ci ? » On avait fait six ou sept designs différents ». Eastman rajoute « Il y en avait avec les quatre tortues individuellement ; le groupe qui se trouvait sur la couverture du premier numéro ; Pete a fait aussi un groupe avec Shredder en arrière-plan. Et il y en a eu un avec le Fugitoid ».

Au cours de l’année 1984, c’était déjà un millier de ces T-shirt qui s’étaient écoulés. Mais le meilleur restait encore à venir. À la fin de cette même année, Laird et Eastman ont été contactés par Kevin Siembieda de Palladium Books, afin d’adapter leur univers dans un jeu de rôle à la manière du fameux jeu Dungeons & Dragons. Ainsi en janvier 1986, naissait TMNT & Other Strangeness, qui fut suivi par de nombreux autres suppléments tant sur les tortues que sur un univers parallèle.
Badges TMNT 1985Par ailleurs, Dark Horse, spécialisé dans la création de figurines miniatures en métal, les contacta également afin de lancer une gamme de petites figurines à l’image des personnages de leur comic. Convaincus par ce concept, ce sont plusieurs petits blisters qui furent créés, premièrement avec les quatre tortues, puis d’autres personnages emblématiques de leurs comics jusque 1986, comme Shredder, Splinter, Casey, les Mousers, ou encore les Triceratons. À partir de cette dernière année, chaque tortue était réalisée individuellement et sous un format bien plus grand. D’autres créatures furent ajoutées à ce jeu de rôle, comme les Terror-Bears.
À la fin de l’année 1984, les deux dessinateurs rencontrèrent Jeff Rudolph à Hartford, dans le Connecticut, pour réaliser l’année suivante un petit millier de badges à l’effigie des quatre tortues. Rudolph possédait chez lui une machine pour les créer. Il ne lui restait plus alors qu’à les peindre à la main, et leur donner un numéro de série. Laird avoue que ces badges s’étaient très mal vendus à cette époque, et que pendant longtemps, Rudolph n’en avait écoulé qu’une minable moitié.

Motif glow in the dark T-shirt 1984Dès le début de l’année 1985, Laird et Eastman quittèrent le New Hampshire pour le Connecticut. Ce changement permit à Laird de faire la rencontre de John Anderson dans un McDonald’s de Torrington. Ce dernier lui proposa de faire un nouveau concept de T-shirts qui brillaient dans le noir. Laird raconte « De l’encre verte phosphorescente sur des T-shirts, utilisant nos dessins. C’était vraiment cool et ces dessins rendaient vraiment bien sur ces vêtements ».

Mais d’autres produits dérivés virent le jour durant cette période, et restent aujourd’hui encore assez mal connus. Laird et Eastman furent approchés par la société d’édition de comics Solson, qui produit d’une part des livres How to draw Eastman and Laird’s Teenage Mutant Ninja Turtles et d’autre part quatre petits numéros indépendants expliquant le maniement des armes des Tortues, Teenage Mutant Ninja Turtles, Martial Arts Raphael 1arts training manuals. Mais les deux créateurs des tortues ont aujourd’hui des remords quant à avoir accepté ce partenariat, trouvant que le concept de ces livres était très loin de ce qu’ils voulaient réaliser. La qualité de ce qui était produit par Solson était très en-dessous de ce que l’on pouvait attendre d’une entreprise digne de ce nom. Un exemple flagrant se trouve sur la couverture du numéro Art Trainig Manual sur Raphael, où le nom de la tortue est écorché en Rafael… Eastman nous livre une anecdote à ce sujet dans The official Teenage Mutant Ninja Turtles treasury ; il avait passé beaucoup de temps à réaliser les couvertures de ces petits livres, et elles furent mises en couleur par Solson, et non Mirage. Les détails étaient ruinés, tout le travail avait été fait en vain. Il raconte « Le coloriste a détruit mon travail et n’a même pas voulu me rendre mon original ! Tout a été un fiasco ! ». Malgré toutes ces mésaventures, aujourd’hui les deux dessinateurs considèrent que les livres réalisés par Solson sont des pièces plutôt rares qui furent produites à un faible nombre, et datant d’une période où les tortues n’étaient encore guère connues.

Une extension majeure

Dès la fin de 1985, Eastman et Laird décidèrent de louer un petit studio à Northampton, dans le Massachusetts, pour se professionnaliser et augmenter leur production. En effet, il leur fallait plus d’un mois et demi pour réaliser un numéro des Tortues Ninja en entier, ce qui explique la lenteur de parution des numéros. Entre les numéros 4 et 5, marquant le voyage des tortues dans l’espace,  ils rééditèrent les aventures du petit robot Fugitoid, issues de leur premier comics réalisé en commun en 1983 du nom de Gobbledygook. Pour rappel, au moment de créer les Tortues Ninja en novembre 1983, ils en étaient au troisième numéro. N’étant pas importants, ils firent une compilation des numéros avec inclusion des tortues à la fin pour introduire leur nouvel univers fétiche.

Equipe Mirage Studio Kevin Eastman Peter Laird Ryan Brown Steve Lavigne Michael Dooney Jim Lawson 1986 Tortues Ninja TMNTLe local en question permettait à Laird et Eastman d’avoir enfin leurs domiciles respectifs. Mirage Studios devint alors un local apte à accueillir de nombreux artistes, et ce, dès le cinquième numéro. Kevin Eastman fit alors intervenir Steve Lavigne, un ancien ami qui allait se dédier au lettrage du comics et d’autres tâches que les deux créateurs ne voulaient plus gérer. Peu après, arriva Ryan Brown pour assister la petite équipe au dessin. Jim Lawson arriva l’année suivante comme encreur sur un nouveau titre de Mirage Studios totalement indépendant aux TMNT, Prime Slime Tale, de Tony Basilicato.  Cela lui permit d’intégrer l’équipe à la fin de la même année.
D’autres dessinateurs, comme Eric Talbot, Michael Dooney, Dan Berger rejoignirent alors les deux dessinateurs, chacun avec des tâches précises comme l’encrage, les dialogues etc. Symboliquement, tel un passage de flambeau, le neuvième numéro des aventures des Tortues Ninja fut uniquement scénarisé et encré en partie par Eastman et Laird. C’était la nouvelle équipe composée de Dooney au dessin, de Brown et Lawson à l’encrage et Steve Lavigne au lettrage. Cette nouvelle équipe permettait enfin à Laird et Eastman de pouvoir vaquer à chacun de leurs nouveaux devoirs, et surtout de pouvoir sortir un numéro tous les deux mois.

Equipe Mirage Studio Kevin Eastman Peter Laird Ryan Brown Steve Lavigne Michael Dooney Jim Lawson 1986 3 Tortues Ninja TMNT

L’équipe de Mirage Studio (1987 ou 1988)

À partir de 1987, une série parallèle à la trame principale est alors réalisée sous le nom de Tales of the Teenage Mutant Ninja Turtles par Jim Lawson et Ryan Brown. Cette nouvelle série permettait entre autres d’agrandir l’univers des Tortues Ninja avec l’arrivée de nouveaux personnages devenus pour certains emblématiques de la licence, comme le Roi des Rats ou Leatherhead.
C’est l’âge d’or du jeune Mirage Studios. L’ambiance au sein de cette petite équipe était fantastique. Ryan Brown raconte « C’était de la folie, c’était le cirque tous les jours. On travaillait un peu, on faisait du paintball, on jouait au basket. On sortait manger à midi et on revenait à 14h […] C’était la plus belle période de ma vie professionnellement parlant ». Jim Lawson rajoute « Quand on pense aux types qu’on a réunit ici pour dessiner les Tortues c’est incroyable. Il y avait Dooney, Berger, Steve, moi, Eric, Ryan. On était une famille. On travaillait ensemble, on s’amusait ensemble, c’était impressionnant. C’est quelque chose de génial ce que Mirage a fait ». Ces témoignages sont très loin de pouvoir retranscrire vraiment ce qu’était cette ambiance plus que conviviale entre les artistes. C’est pourquoi nous vous invitons vivement à regarder le documentaire Turtle Power, The definitive history of the Teenage Mutant Ninja Turtles sortit en 2014. C’est un réel trésor tant pour les témoignages de ces artistes que sur le nombre d’archives vidéos qui montrent les moments qu’ils passaient ensemble.

Vers un nouveau cap ?

Mark Freedman 1986

Mark Freedman dans le documentaire Turtle Power (2014)

L’aventure à suivre est tout aussi importante dans l’histoire des Tortues Ninja que le soir où elles furent créées : la rencontre avec l’entrepreneur Mark Freedman. Ce dernier était un grand connaisseur de l’univers des jouets et venait de créer sa propre agence, Surge Licensing.

Nous sommes en 1986 et la licence des Tortues Ninja battait son plein. Peut-être Kevin Eastman et Peter Laird n’espéraient pas à ce moment, pouvoir aller au-delà. Ils avaient dû refuser les propositions de cinq agents voulant obtenir la  totalité de la licence. Kevin Eastman raconte dans le livre TMNT: toute l’histoire des Tortues Ninja (2014) « Nous avons été contacté par des agents qui nous présentaient des contrats avec lesquels nous n’étions pas du tout confortables, qui déclaraient tout simplement qu’on abandonnait tous les droits. À ce moment nous vendions cent mile exemplaires de chaque nouveau numéro, alors nous étions assez sûrs de nous ».

Un jour, Kevin Siembieda de Palladium, fut contacté par Mark Freedman qui voulait avoir des détails sur les licences de la marque de son vieil ami. Il était à la recherche de licences potentiellement exploitables pour sa jeune entreprise. Siembieda eut à peine le temps de prononcer les quatre mots magiques « Teenage Mutant Ninja Turtles« , alors éditées en jeu de rôle, que Freedman fut intrigué et voulait en savoir plus. Ces quatre mots allaient tout simplement changer la vie d’Eastman, de Laird et de beaucoup de monde.
Totalement séduit et intrigué par ces mots si opposés par leur sens, il demanda à entrer immédiatement en contact  avec les deux dessinateurs. Cela n’était pas chose aisée car Eastman et Laird venaient de déménager pour Northampton à ce moment et il n’était pas facile d’entrer en contact avec eux.
Freedman se sentait investit d’une mission, et ne perdit pas de temps. Il acheta tous les numéros des Tortues Ninja déjà parus pour en savoir plus. Pressentant le potentiel colossal que pouvait représenter les TMNT avant tout le monde, il n’hésita pas à faire le voyage depuis New York pour rencontrer les deux auteurs. Finalement vint le jour de leur première rencontre en août 1986 dans les studios de Northampton. Les deux dessinateurs ne semblaient pas placer beaucoup d’espoir dans cette sixième rencontre avec un agent, et le reçurent au milieu de leurs travaux, alors qu’ils peignaient les murs. Laird nous raconte comment cela s’est passé

Nous étions avec nos T-shirts et jeans, nos longs cheveux et ce type arrivait pour nous rencontrer dans un splendide trois pièces et une coupe de cheveux irréprochable. Mais tout s’est finalement très bien déroulé.

À ce moment, rien n’était encore gagné…

Vers l’article suivant ⇒
La mission de Mark Freedman
(1986)

Galerie

Sources

  • 1Teenage Mutant Ninja Turtles #2, first print, de Peter Laird et Kevin Eastman (octobre 1984), dans l’introduction « Turtle Tracks »
  • 2The official Teenage Mutant Ninja Turtles treasury, de Stanley Wiater et Jim Prindle, avec Kevin Eastman et Peter Laird, Villard Books/New York (1991), p.44 à 49
  • Turtle Power, The definitive history of the Teenage Mutant Ninja Turtles, Randall Lobb (2014)
  • Teenage Mutant Ninja Turtles, Toute l’histoire des Tortues Ninja, Andrew Farago, Huginn & Muninn, Paris – San Francisco (2014), p.34-40

Crédits Photos

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s